L’époque où Tanger accueillait les fondateurs de la « Beat Generation »

Apparu dans les années 1950 aux States, la Beat Generation est un mouvement artistique et littéraire qui va par la suite inspirer les mouvements contestataires des années soixante.

La Beat Generation n’a pas épargné le Maroc. En effet, les fondateurs de ce mouvement ont sillonné le Maroc durant les années 1950 et ont même squatté la ville de Tanger où ils écrivaient et produisaient des œuvres marquant l’histoire littéraire. En voici les plus connus.

Crédit Photo : D.R.

Jack Kerouac

Écrivain, il était le premier à avoir utilisé le terme « Beat Generation » en 1948 pour décrire sa bande d’amis qui comptait à l’époque William Burroughs ou encore Allen Ginsberg. En 1957, Jack Kerouac voyage à Tanger afin de rendre visite à son ami William Burroughs.

Paul Bowles

Né en 1910, Paul Bowles est un écrivain et compositeur américain tombé sous le charme de la ville du détroit. Il visite Tanger pour la première fois en 1931 sous la recommandation de la poétesse et écrivaine américaine Gertrude Stein. Ayant vécu à Tanger en compagnie de sa femme, Paul est décédé en 1999 à la même ville.

William Burroughs

Faisant partie de la Beat Generation, l’artiste et écrivain américain William Burroughs avait décidé de vivre à Tanger en 1954 après un horrible chapitre de sa vie. Ses première années à Tanger étaient consacrées pour l’écriture de son ouvrage intitulé « Le festin nu » traitant le sujet de la distorsion spatio-temporelle et les phénomènes d’angoisses.

Brion Gysin

Brion Gysin est un poète, peintre et écrivain Britano-canadien charmé par la ville de Tanger. Né en 1916, Brion a déménagé à Tanger en 1950 et a cofondé avec le peintre marocain Mohamed Hamri « 1001 nuits », un restaurant qui accueillait chaque soir des musiciens de Jajouka ainsi que d’autres groupes musicaux locaux.

Laisser un commentaire

Top 5 des tables de Ftour à tester à Casablanca

4 recettes savoureuses à tester absolument pour le ramadan !