• in

    Ce village marocain est devenu autonome grâce à ses habitants

    Tizi n’Oucheg est un petit village berbère du Haut Atlas marocain, perché à 1600 mètres d’altitude au fond d’une vallée étroite. Avant le village dépendait des ressources extérieures, notamment de Marrakech, le centre urbain le plus proche. En dix ans. Tizi n’Oucheg a complètement changé de physionomie grâce à la solidarité et l’entraide de ses habitants, il est devenu économiquement et socialement responsable et autonome.

    « Des activités génératrices de revenus ont été développées notamment au profit des femmes. L’électricité éclaire toutes les maisons et l’eau courante, provenant d’une des sources qui alimente le village en eau potable, est maintenant disponible pour tous » déclare Rachid Mandili, président de l’Association pour le développement de Tizi N’Oucheg.

    La clé de la réussite de ce village marocain réside en l’entraide de ces habitants. Par exemple, l’assemblée du village planifie le temps de travail de chacun pour construire une route carrossable, celui qui refuse de participer aux tâches communes reçoit une pénalité, ce système a permis l’avancement rapide des projets car personne ne veut avoir à refaire un travail qui aurait été mal fait.

    Les habitants sont tous impliqués dans l’entretien et l’amélioration des infrastructures et des espaces communs. Aujourd’hui, le village a son propre réseau de distribution d’eau et d’assainissement, les habitants ont pu creuser puis raccorder la source à un château d’eau pour entreposer l’eau. Tizi n’Oucheg pense déjà à l’énergie solaire et éolienne…

  • in

    Cette association propose un accueil chez des familles marocaines de tous niveaux de confort

    « Maroc chez l’habitant » est une association à but non lucratif, elle propose un accueil chez des familles marocaines de niveaux sociaux variés, avec un mode de vie traditionnel ou plus occidentalisé. Ce n’est ni des chambres d’hôtes, ni des gîtes, les familles vous accueillent en toute simplicité et les repas sont servis en famille.

    L’association vous permet d’être reçu par des familles marocaines vivant à la campagne, « Maroc chez l’habitant » s’occupe de tout et propose même un circuit pour séjourner chez plusieurs familles de régions différentes jusqu’aux endroits les plus reculés.

    Il est à noter que l’association sélectionne les familles selon des critères spécifiques, l’objectif est le partager des moments forts avec ces dernières. Une expérience à tester…

  • in

    Ce café de 15m² à Tanger vous fera craquer par son ambiance !

    « Les fils du détroit » est un café qui se trouve à Tanger, dans la place myhtique de la Kasbah. De l’extérieur, il ne paie pas de mine, mais une fois à l’intérieur, une ambiance unique vous fera voyager quelques siècles en arrière…

    De la musique arabo-andalouse, du thé à la menthe, probablement le meilleur de la Kasbah et un petit espace de 15m². Avec une authenticité unique et totale, les fils du détroit, un groupe de musiciens, assez âgés vous font revenir quelques décennies en arrière avec leurs mélodies ancestrales.

  • in

    Cette Marocaine collecte des livres pour construire des bibliothèques dans les écoles défavorisées

    Sara Arsalane est une jeune marocaine passionnée de lecture depuis son enfance, elle s’est lancée dans un projet ambitieux, celui de construire des petites bibliothèques dans des écoles défavorisées.

    Le projet est dénommé « Lilipad », il vise en premier lieu à vulgariser le savoir et à réconcilier les élèves des écoles défavorisées avec la lecture, le projet a également une particularité, celle de connecter les donneurs des livres avec les enfants. Chaque donneur garde sa trace sur le livre qu’il offre.

    Pour construire les bibliothèques, Sara Arsalane a lancé une campagne pour collecter le maximum de livres et les envoyer dans les écoles partenaires, puis installer une règle qui est de connecter le lecteur et l’ancien propriétaire.

    Il est à noter que son projet a commencé en Ouganda et sera déployé au Maroc, tout le monde peut y participer.

  • in

    Casablanca était (peut-être) mieux avant, la preuve en 6 points !

    Un brin de nostalgie nous a amené à faire un petit tour en photos de Casablanca d’autrefois. A vrai dire, les temps ont changé et la métropole économique aussi.

    Aujourd’hui, la population Casablancaise est estimée à près de quatre millions d’habitants, c’est l’une des plus grandes villes d’Afrique et pourtant plusieurs problèmes d’infrastructures persistent. Voici quelques points qui montrent que Casablanca était (peut-être) mieux avant.

    Avant, on trouvait un cinéma dans presque toutes les avenues


    Vox est parmi les célèbres cinémas de la métropole économique, il a été construit en 1935 par l’architecte Marius Boyer et accueillait près de 2000 places.

    Avant, les transports en commun étaient modernes


    L’ancienne station d’autobus à la place de France en témoigne, les transports en commun étaient plus sécurisés et modernes.

    Avant, Casablanca se dotait de l’un des plus beaux théâtres municipaux


    Le théâtre municipal de Casablanca a abrité les plus beaux spectacles marocains et étrangers, c’était le lieu ou des troupes emblématiques ont fait leurs premières armes, à l’exemple de Nass Al Ghiwane.

    Tout le monde avait la possibilité de se baigner à la piscine municipale


    La piscine municipale de Casablanca était construite dans les rochers de la route d’Aïn Diab, elle était considérée comme la plus longue du monde à époque, notamment avec ses 480 mètres de longueur pour 75 mètres de large.

    L’unique aquarium du Maroc se trouvait à Casablanca


    La métropole économique abritait l’unique aquarium du Maroc, un endroit exceptionnel à l’époque, où les Casablancais venaient découvrir les trésors marins.

    Avant, Casablanca avait un Zoo magnifique


    La ville de Casablanca était dotée d’un magnifique Zoo, un endroit d’exception ou les familles venaient pour passer d’agréables moments.

  • in

    Leila Ouahabi, la « Messi féminin » marocaine qui cartonne au Barça !

    On l’appelle « Messi féminin » et elle mérite amplement cette appellation. La footballeuse marocaine du Barça, Leila Ouahabi, n’a pas cessé de susciter l’intérêt des spectateurs en Espagne et dans le monde. Zoom sur cette étoile marocaine.

    Sélectionnée depuis 2013 pour ses prouesses au poste d’ailier gauche chez les moins de 19 ans, la footballeuse hispano-marocaine est actuellement l’une des star du Barça féminin. En 2016, Leïla Ouahabi a été convoquée pour rejoindre l’équipe nationale senior féminine d’Espagne.

    Leïla Ouahabi débute sa carrière au club de Vilassar de Mar en 2006. Repérée par le FC Barcelone, elle y remporte en 2013 la Copa de la Reina et championnat d’Espagne. En 2016, Leïla revient au FC Barcelone après avoir joué trois saisons pour le FC Valence.

    Originaire de la ville de Tanger, Leïla Ouahabi doit sa passion pour le football à son frère aîné. Le quotidien « El Pais » lui a même consacré un article tout récemment, qui met la lumière sur ses relations avec sa famille.

  • in

    Top 10 des voitures qui ont marqué les Marocains à jamais

    Plusieurs marques et modèles de voitures ont marqué les esprits de tous les Marocains à jamais. Vous vous rappelez de la mythiques Simca 1000, de la Fiat 124 ou encore de la Peugeot 205, ces véhicules avaient la côte à une certaine époque, l’équipe Moustacho vous a rassemblé une petite liste qui vous rappellera bien des choses…

    La Simca 1000

    La Fiat 124

    La Citroën 2CV

    La Renault 4 (4L)

    La Fiat 126

    La Mercedes-Benz W123

    La Peugeot 205

    La Fiat Uno

    La Volkswagen Golf II

    La Renault 5

  • in

    Expérience unique au Maroc : dormir dans une grotte, seul face à l’océan !

    Deux passionnés de voyage, Renée et Patrick ont transformé en chambre d’hôtes plusieurs grottes de pêcheurs nichées dans les falaises, à une quinzaine de kilomètres de Tiznit. Leur projet est dénommé Le Troglo Dune, il est situé à 3 km de la station balnéaire d’Aglou, dans une plage sauvage.

    Renée et Patrcik vous propose une expérience unique en son genre, celle de passer la nuit dans une maison creusée dans la roche, face à la mer et dos au désert du sud marocain. Vos seuls voisins seront le bruit des vagues et le cri des oiseaux. Idéal pour les surfeurs, pêcheurs, parapentistes et personnes en quête d’un îlot de sérénité.

    Sans plus tarder, nous vous laissons découvrir en photos le concept :

  • in

    Une première au Maroc : une école pour les enfants autistes

    Futuroschool est un nouveau concept qui débarque au Maroc au profit des enfants autistes, créée par l’association « Vaincre l’autisme », il vise à offrir à ces enfants les bases pour bénéficier d’une scolarisation en milieu ordinaire.

    Futuroschool est sous forme d’un dispositif inédit, élaboré avec le soutien d’un comité scientifique pour structurer, démocratiser et professionnaliser l’intervention auprès des enfants autistes.

    Plusieurs formations dédiées à l’autisme et l’analyse appliquée du comportement (ABA) vont être mis en place, Futuroschool intervient pour répondre au désarroi des parents face à la carence de prise en charge et au manque de professionnels formés.

    Il est à noter que la Futuroschool ouvrira à Rabat et que l’enseignement sera au cas par cas, adapté aux besoins de chaque enfant, et ce dans le but d’assurer la qualité requise et d’aboutir à des résultats probants.

  • in

    Ces plages sauvages au Maroc sont peu fréquentées, et pourtant elles font rêver !

    Le Maroc regorge de très belles plages, de sable doré et d’eau cristalline, que certains personnes ignorent complètement l’existence. Chez Moustacho, nous avons eu l’idée de vous présenter une sélection de plages peu fréquentées, mais qui font certainement rêver !

    La plage Cala blanca, Nador

    La plage Charrana, Nador

    La plage Portorico, Dakhla

    La plage El-Jebha, Hoceima

    La plage Las Cuevas, Assilah

    La plage Blanche, Guelmim

    La plage de Sidi Hssain, Nador

  • in

    Le plus grand centre de formation aux métiers du pétrole en Afrique ouvrira à Agadir

    Installé à côté du CHU d’Agadir, le plus grand centre de formation aux métiers du pétrole et du gaz d’Afrique verra le jour à Agadir. Dénommé « Agadir International Training Centre », il offrira une formation aux métiers liés au secteur pétrolier et gazier et permettra de dénicher de nouvelles compétences dans ce domaine.

    Selon les promoteurs, ce projet vise en premier lieu à « répondre aux besoins des pays africains comme ceux des autres pays où le besoin s’y ressent ». Il sera composé d’une salle de formation, d’une salle de réunion, d’un amphithéâtre de 206 places, d’une piscine d’entrainement, d’un atelier de soudure et d’une aire de formation.

Voir plus d'articles
Congratulations. You've reached the end of the internet.